À l’ère de la technologie et avec l’évolution de la science, les différents métiers connaissent une vraie envolée. Avec des méthodes de travail plus perfectionnées et une productivité ascendante, les professionnels se donnent à cœur joie d’adopter les innovations. Le métier de la menuiserie, quoique rustique et basique, n’est pas épargné par le phénomène. Si le siècle dernier est marqué par l’usage intensif des mains à travers divers outils, cette décennie a vu l’introduction des appareils mécanisés. Parmi eux figure la Machine à bois. Quels sont les impacts de cette innovation dans le métier de menuisier ?

Un outil au service des menuisiers

Rien de plus motivant pour le menuisier que d’apporter l’élément qui actionnera la révolution dans son métier. Étant un travail très sollicité aussi bien par les particuliers que les professionnels, le travail du bois reste un domaine très convoité. Faire confectionner des meubles ou des structures boisées fait toujours partie des commandes les plus prisées. Et malgré l’entrée massive d’autres matériaux modernes comme la mélamine, le bois maintient toujours une place méritée dans l’univers des meubles. Cela explique pourquoi les mobiliers en bois sont toujours aux couleurs de la tendance actuelle.

De ce fait, avoir un outil performant à la hauteur de l’exigence des clients constitue une aubaine intéressante pour le menuisier. Longtemps dans l’ombre des professions industrialisées, il pourra valoriser sa profession par l’intermédiaire d’un appareil amélioré pour son travail. C’est dans ce sens que la Machine à bois voit le jour. Elle vient renforcer la capacité de son utilisateur à améliorer ses tâches et à être plus productif. C’est un outil qui se met au service des menuisiers tout en lui procurant de nombreux avantages.

De quoi s’agit-il ?

C’est une machine qui sert à traiter le bois, tout simplement. Travailler le bois est une étape préliminaire du menuisier. Avant de lui donner la forme désirée, il est nécessaire de passer par le processus de l’appareil. Toutefois, l’outil peut servir à différentes tâches. Elles fonctionnent généralement avec un moteur électrique qui permet de mécaniser tout le processus.

Tout commence avec les potiers

L’histoire de la machine pour bois remonte à 3500 ans avant Jésus Christ avec les potiers. La technique des tours a permis aux artisans de l’époque de créer des vases avec l’argile. Avec une manipulation bien précise et calculée, le vase est formé petit à petit grâce au procédé de la manivelle. Cette méthode fut copiée par les artisans du bois qui l’a adopté rapidement. C’est alors que la première machine appelée à « tours » naquit.

Une histoire en parallèle avec l’industrialisation

Son évolution a continué au fil des siècles avec l’avancée des techniques de travail. Il faudrait attendre le 16e siècle vers l’année 1760 plus précisément pour mettre au point le premier outil mécanisé qui sera nommé machine-outils. Il s’agit de l’œuvre de Jacques Vaucanson, un inventeur et mécanicien français qui a eu l’idée de concocter l’ancêtre de l’instrument qui bouleversera la menuiserie. Cependant, la révolution industrielle du 19e siècle a marqué une avancée spectaculaire dans tous les domaines de l’entreprise. Dans ce sens, les menuisiers ont aussi eu leur lot de transformation. Par le progrès technologique naissant et la ruée de l’évolution au niveau des entités industrielles, des dispositifs plus performants voient le jour. Alliant précision et prouesse dans l’emploi, les machines pour travailler le bois accaparent les marchés professionnels.

Les différents types de machines

Les machines à bois se catégorisent sous plusieurs formes et utilités. Dans un sens général, ces appareils se destinent à une utilisation plus précise et chaque outil est spécialisé à une tâche nominative. Parmi eux nous pouvons retrouver les machines stationnaires et les machines mobiles. Il faut noter que le menuisier peut travailler sur de gros éléments que sur les petits objets, de ce fait, les appareils qui entrent en jeu peuvent varier selon le bois travaillé. Des machines peuvent combiner les deux fonctions tandis que d’autres sont destinés à une utilisation plus spécifique.

Les machines stationnaires

Les machines stationnaires se définissent comme les appareils qui servent à travailler le bois sur place. Elles peuvent être destinées à œuvrer sur de grandes structures comme sur des petites. Elles sont habituellement immobiles et de taille moyenne à grande. Ce sont des appareils très utilisés par les ateliers professionnels de menuiserie. Elles nécessitent la manipulation d’un expert du métier qui saura comment s’y prendre. La manutention d’une machine stationnaire n’est pas toujours à la portée de tous. Il comporte habituellement des éléments plus ou moins complexes qui appellent au savoir-faire des menuisiers.

Parmi elles figurent par exemple la raboteuse, la dégauchisseuse, le tour à bois, le routeur de broches, la scie radiale ou la Toupie.

Les machines mobiles

Les machines mobiles sont généralement les outils de travail du menuisier qu’il peut manipuler à la main. Toujours motorisées, ces machines sont confectionnées de manière à être maniables facilement. Même en déplacement, elles peuvent être facilement transportées. De plus, avec le métier de menuiserie qui nécessite parfois la mobilité dans certains gestes, ce genre d’appareils s’avère utile. Lorsque ce dernier parfait les finitions d’une table ou d’une chaise, il s’ajuste au niveau de cette dernière pour pouvoir s’appuyer sur les angles. De ce fait, il est toujours indispensable de faire recours à une machine mobile.

Parmi elles figurent par exemple la main ponceuse, la scie sauteuse, la perceuse ou encore l’avion électrique à main. Ces outils servent parfois pour un usage profane si on a la main pour le bricolage.

Les grandes machines

Les grandes machines entrent dans la catégorie des machines stationnaires c’est-à-dire les machines immobiles. La seule différence est la taille des appareils. Réservées à l’usage professionnel en atelier des menuisiers, les grandes machines à bois sont d’une manière générale sollicitées pour les traitements de surface de la matière.

Catégories : Construction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *